L'économie des marchés financiers : définition

Image L'économie des marchés financiers : définition

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale jusqu'à la fin des années 1970, les spécialistes considèrent l'économie française comme une économie d'endettement. Cela signifie que la plupart des financements provenaient des banques et des établissements financiers. Mais depuis, elle a petit à petit opéré un virage pour se transformer en économie de marché financier. Il est donc utile de se pencher sur ces deux concepts pour mieux comprendre cette mutation.

Qu'est-ce que l'économie d'endettement ?

Dans une économie d'endettement, ce sont les financements par l'intermédiaire des crédits bancaires qui prédominent. Cela signifie qu'il existe un processus très fort d'intermédiation financière. Par ailleurs, il apparaît en filigrane des relations bilatérales plus ou moins individualisées entre les établissements de crédit que sont les banques et leurs clientèles.

D'un côté, les banques décident d'octroyer un prêt après avoir évalué les risques. Et lorsqu'elles acceptent de financer le projet de leurs clients, elles escomptent un résultat favorable. Par conséquent, le financement de l'activité productive repose essentiellement sur le crédit.

Et ce, malgré que les entreprises peuvent se tourner vers le marché des valeurs mobilières, ou plus précisément la bourse, pour trouver des financements à la hauteur de leurs besoins. Mais elles hésitent beaucoup à puiser dans cette manne financière, préférant recourir à l'emprunt. Ce qui peut très bien s'expliquer par la faiblesse apparente de l'autofinancement.

Focus sur l'économie des marchés financiers

Il est alors intéressant de connaître la définition de l'économie de marché financier afin de comprendre cette mutation qui a eu lieu dans l'économie de l'Hexagone. En effet, ce concept met en avant la finance directe. Ce qui veut dire que les agents économiques cherchent des moyens pour financer, en émettant tout simplement des titres sur les marchés financiers comme les actions, les billets de trésorerie, les obligations, les parts de fonds commun de placement (FCP), les certificats de dépôts, les actions dans les sociétés d'investissement à capital variable (SICAV), etc.

En d'autres termes, c'est la confrontation directe entre l'offre et la demande de capitaux qui domine dans ce genre d'économie. Les agents économiques qui ont besoin des liquidités pour leur fonctionnement ou leur développement peuvent donc faire un appel direct à l'épargne. Il peut s'agir dans ce cas, des particuliers, des entreprises, des sociétés spécialisées dans l'investissement en bourse ou en placement financier.

Et tous ces investisseurs ont souvent besoin des conseils et d'analyses approfondies effectués par des cabinets spécialisés comme Vernes & Associés, le holding créé par Cyrille Vernes. Ce dernier - qui est un expert dans le droit des affaires et en comptabilité de gestion financière d'entreprise - peut donc donner de précieuses indications à ses clients quant à l'opportunité d'investir dans une telle société ou non.

Les banques et leur rôle dans cette économie

Par ailleurs, dans l'économie de marché financier, il n'est plus nécessaire de recourir au financement bancaire. Mais cela ne veut pas dire que les établissements bancaires n'ont plus leur raison d'être. En effet, ils peuvent toujours continuer leur principale activité, c'est-à-dire octroyer des crédits. Mais cette fois-ci, leur cible est essentiellement composée d'agents économiques dont la dimension réduite ne permet pas de faire des emprunts sur les différents marchés financiers.

Ainsi, dans une économie de marché financier, les banques sont obligées de diversifier leurs activités. C'est ainsi que certaines d'entre elles possèdent désormais des créances et des actifs qui s'associent à divers niveaux de rendement et risque.